Traque

Synopsis :

 

 Le générique s’ouvre sur une vieille ampoule au plafond. Elle éclaire faiblement. Des gros plans de « morceaux » de corps se succèdent…on devine qu’il y a deux personnes, mais pas forcément qu’elles sont ensemble. On découvre le décor en même temps que les corps. L’ambiance est étrange, pesante avec un son loin, à peine perceptible. La pièce semble petite, exiguë. Les visages des acteurs apparaissent au bout d’un temps. Une femme et un homme.

Après quelques plans, on les découvre ensemble. L’ambiance est tendue, on les sens angoissés, mal dans leur corps, comme en apnée…les quelques dialogues sont bizarres, décalés…les silences sont pesants, stressants. Par moments, on voit hors de cette pièce deux hommes. Qui sont-ils ? Des gardiens ? Des mafieux ? Ils semblent en tout cas surveiller, épier.

La tension monte pour l’homme et la femme. L’attente de quelque chose de terrible semble de plus en plus évidente. L’angoisse se matérialise encore d’avantage quand la femme se précipite au lavabo pour vomir. On frappe à la porte. « C’est l’heure ! » L’homme et la femme, encadrés par deux hommes, marchent dans un couloir sombre, descendent un escalier, passent un sas puis se retrouvent devant un mur noir qui fait penser à un mur de fusillés…l’homme et la femme sont en suspension comme figés. Le plan qui suit montre l’homme et la femme …

 

Résumé :

 

Un homme et une femme enfermés dans une pièce sordide sont inquiets, angoissés, dans l’attente de quelque chose. Où sont-ils ? Attendent-ils un diagnostic, un verdict, la torture ou la mort ? On vient les chercher. Sont-ce des policiers, des juges ou des bourreaux ?

La longue marche dans des couloirs sombres vers un but inconnu intensifie l’atmosphère angoissante. Au bout de la marche, les deux personnages s’arrêtent devant un mur noir, point culminant de l’angoisse. Ils se regardent comme suspendus au temps qui reste. La seconde qui suit, on les retrouve …

 

Réalisation : Guillaume Escoffier, Natalie Gallard, Marie Gautier, Lise Hallopé & Jérôme Rousselet.

Musique : Nicolas Gaillard

 

Avec le soutien :

 

du CNDC d'Angers,

le Conseil général du Maine & Loire,

le Grand Théâtre d'Angers

& Emmaüs-Angers.

LABEL POOL

10 rue Jacqueline Mazé

49130 Les Ponts-de-Cé

E-mail

Festival Ça Chauffe du

20 au 26 février 2016

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cie Piment Langue d'Oiseau