Curiositas : un laboratoire d'expérimentation

Carte blanche du NTA pour Marie Gaultier. Un travail d'investigation donnant lieu à une présentation publique en novembre 2012 sur le genre.

 

Note d'intention

 

Curiositas, curiositas…

Titre : « Genre : dramatique »

 

Devant moi, s’ouvre une page blanche. Décrire un projet dont l’objectif est d’arriver sans préparation. Carte blanche proposée par Daniel Besnehard. Jouer à… Chercher… 4 jours libres de travail sans objectif de rentabilité, de vente potentielle, de séduction du public. Revenir à la source même du théâtre : raconter et partager avec un public curieux ce qui nous traverse, nous hante, nous interroge. Un exercice de grande liberté qui donne aussi le vertige du saut dans le vide sans filet.

 

Le thème, je l’ai déjà choisi…

 

En dehors de l’acte de naissance établi en fonction du sexe de l’enfant, qu’est-ce qui différencie un garçon d’une fille ?

 

Quels sont les codes que nous avons intégrés pour définir au premier coup d’œil le sexe de l’interlocuteur ?

 

La coupe de cheveux, les parures vestimentaires, le maquillage, les bijoux, les accessoires sont autant de signes distinctifs que chaque sexe s’évertue à montrer pour qu’il n’y ait aucune confusion des genres.

 

Mais qu’est ce qui sous-tend ce désir de signifier son identité sexuelle ?

 

Chez les enfants, comme chez les personnes âgées cette frontière est parfois très ténue. On pourrait donc en conclure que l’identité sexuelle s’affirme principalement pendant la vie active, et la période de reproduction d’un individu.

 

Il pourrait donc s’avérer que ce besoin de se distinguer tient aux relations de travail et à la sexualité liée à l’enfantement.

 

Les enjeux sont donc le pouvoir et la reproduction.

 

Une femme continue à être la personne qui met au monde les enfants.

 

L’homme continue à être celui qui sait et impose, dans le monde politique et économique.

 

« L’illusion de l’égalité cache un abîme d’injustices quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où chacun joue un rôle ».

 

Les femmes ont longtemps été refusées sur les scènes de théâtre. Seuls les hommes jouaient, même s’ils étaient travestis en femme.

 

Aujourd’hui, les spectacles continuent à privilégier la distribution masculine, alors que le nombre de comédiennes est plus important. Parallèlement, l’histoire du théâtre sans doute marquée par le cinéma est de plus en plus réaliste : les comédiens sont embauchés en fonction du sexe, et de l’âge, conformément au rôle proposé. Nous assistons donc à une diminution du travestissement, des métamorphoses sur la scène où tout est pourtant possible si on y croit. Les jeux de dupes sont fréquents dans le théâtre de Shakespeare, Marivaux et de tant d’autres.

 

Pour renouer avec cette tradition, c’est dans cette direction que nous oeuvrerons pendant 4 jours avant de présenter notre travail.

 

« Nous sommes ce que nous faisons semblant d’être, aussi ne faut-il pas faire semblant à la légère » écrivait le philosophe Kurt Vonnegut. Voilà notre fil conducteur.

 

En vrac, pour nourrir notre recherche : Ce que soulève la jupe de Christine Bard, Une histoire politique du pantalon de Christine Bard, La femme nue de Desmond Morris, La domination masculine, film de Patric Jean, (dont le titre s’inspire de l’œuvre de référence de Pierre Bourdieu) Laurence anyways film de Xavier Dolan…

 

Ce projet sera créé en association avec Christine Bard, professeure en histoire, spécialiste de l’histoire des femmes, et Valérie Brunetière, sémiologue et linguiste.

 

Dans cette aventure, s’embarqueront Claudine Lacroutz, Christine Lhôte, Benjamin Tudoux, Olivier Algourdin et Ludovic Falcon, avec l’aide précieuse d’Olivier Messager pour la voix.

 

Marie Gaultier


LABEL POOL

10 rue Jacqueline Mazé

49130 Les Ponts-de-Cé

E-mail

Festival Ça Chauffe du

20 au 26 février 2016

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cie Piment Langue d'Oiseau